19 mars 2015

Au bord de la rivière T1 à T4

T1: Baptiste


Michel David nous plonge dans le XIXe siècle, plus précisément en 1870, au moment de la création d'un petit village sur les bords de la rivière Nicolet. Nous sommes donc dans une période de colonisation, de défrichage, de construction. Travailleur acharné, Baptiste est une des premiers arrivants de l'endroit et souhaite, après plus de 25 ans d'efforts, la reconnaissance qu'il considère mériter. Dans un patelin dépourvu de maire et de curé, il se plaît à jouer le rôle de l'homme important du village. De l'autre côté, on retrouve la famille Ellis, d'origine irlandaise, ayant à sa tête Samuel.
600 pages
2011 Éditions Hurtubise


T2: Camille

Le deuxième tome s’ouvre en 1871, quatre mois après la fin du premier. Baptiste est toujours vivant, mais extrêmement diminué. Paralysé, il est même incapable de parler. La famille est donc forcée de se réorganiser autour de Donat, le fils aîné, qui hérite de toutes les tâches qu’exige l’exploitation de la terre familiale.
Quant aux autres membres de la famille, Xavier travaille encore au défrichage de sa terre sur le rang Saint-Paul, tout en gardant un œil sur la belle Catherine, la « Jézabel » de la région pour certains; Bernadette, la jeune maîtresse d’école, continue de son côté d’attirer la convoitise de Constant Aubé dont le cœur chavire dès qu’il la voit; Marie, de son côté, tente tant bien que mal de garder un contrôle sur la maisonnée et d’aider son mari lourdement handicapé; Camille, l’aînée de la famille, s’affirme comme une femme forte et déterminée qui unira sa destinée avec le voisin irlandais. Jamais Baptiste n’aurait imaginé un an plus tôt qu’un Irlandais ferait un jour partie de sa famille. Les temps changent!
Les batailles de clochers entre Irlandais et Canadiens se poursuivent et seront exacerbées à l’occasion de l’élection d’un Rouge comme député de la circonscription, un certain Wilfrid Laurier, jeune avocat bien en vue. Si cette victoire réjouit les Irlandais, les francophones se consolent avec l’élection d’un gouvernement majoritaire Bleu à Ottawa. Mais pour le développement de la mission et dans la lutte pour la reconnaissance du statut de paroisse, tous les habitants de Saint-Bernard-Abbé font front commun. Des rivalités, certes, mais de l’entraide aussi, voilà qui décrit bien l’atmosphère de plusieurs régions du Québec à la fin du XIXe siècle.
574 pages
2011 Éditions Hurtubise

T3: Xavier

Ce nouvel épisode d’Au bord de la rivière reprend deux jours à peine après la fin du tome précédent. Baptiste est mort et tous les habitants de Saint-Bernard-Abbé viennent se recueillir chez les Beauchemin.
Au village, la vie poursuit son cours : le curé Désilets est toujours aussi haïssable, alors que les Irlandais et les Canadiens français se querellent autant sur les sujets politiques que sur l’établissement d’une nouvelle école de rang. Mais heureusement, ils oublient ces rivalités lorsqu’il est question de faire de Saint-Bernard-Abbé une paroisse reconnue.
Deux nouveaux personnages arrivent au village : l’oncle de Liam, Paddy Connolly, et le notaire Valiquette. Colorés, tous deux deviendront rapidement des figures importantes dans la paroisse, n’en déplaise à certains…
Pendant ce temps, chez les Beauchemin, Donat s’impose comme le nouveau « père », Hubert s’éprend tranquillement de la belle Angélique, Camille subit son mariage avec Liam plutôt qu’elle n’en profite, pendant que Bernadette continue d’attirer les regards de Constant… en considérant toutefois d’autres avenues.
Dans cet épisode ̶ le plus touchant écrit à ce jour par Michel David ̶ , Xavier occupe le premier rôle. Même si cela ne fait guère plaisir à sa mère, Xavier demande la main de la belle Catherine, femme dont la réputation fait beaucoup jaser dans la paroisse. Et lors de leur voyage de noces à Montréal, à la fin du livre, Xavier, par amour, réserve une surprise à sa nouvelle épouse. Un passage touchant qui fera pleurer tous les lecteurs tant l’émotion est forte et bien sentie.
560 pages
2012 Éditions Hurtubise

T4: Constant


« — Je pense qu’Ann aimerait retourner à l’école cette année, avoua-t-elle en baissant un peu la voix.

— Tu m’as dit qu’elle sait lire et écrire, c’est ben assez.
— Elle voudrait avoir son diplôme, insista Camille.
— Pourquoi? dit Liam sèchement.
— Une femme qui en sait trop devient vite pas endurable, intervint Paddy Connolly toujours aussi pompeux. Il y a rien de pire qu’une femme trop instruite.
— Mon oncle, vous en savez rien, le rembarra sèchement sa nièce par alliance. Vous avez jamais été marié. »
Le quatrième roman de la saga Au bord de la rivière nous plonge une dernière fois dans le quotidien agité du petit village de Saint-Bernard-Abbé, théâtre des discussions animées entre francophones et anglophones, personnages colorés et savoureux dont seul Michel David avait le secret.
Si l’irascible curé Désilets nourrit toujours des projets démesurés pour l’humble paroisse, l’oncle Connolly n’est pas en reste avec son attitude prétentieuse.
Xavier et Catherine font beaucoup jaser quand, à peine mariés, ils adoptent la petite Constance.
Chez les Beauchemin, Eugénie rêve d’hériter de la terre familiale dont s’occupe son mari ; Bernadette vit des amours hésitantes ; Hubert apprend le métier de fromager, pendant que famille transforme tranquillement son Liam, qui fait montre d’une humanité qu’on ne lui connaissait pas.
Un personnage se démarque par sa générosité et son dévouement exemplaires : Constant, qui a le don de simplifier la vie de ceux qui l’entourent. Connaîtra-t-il enfin l’amour qu’il convoite depuis si longtemps ? 
514 pages
2012 Éditions Hurtubise

Auteur: Michel David

Mon appréciation

Une autre belle série de Michel David. C'est bien dommage qu'il soit décédé. Ses histoires ont tellement l'air vrai qu'on pourrait se demander s'il ne nous raconte pas la vie de gens bien réels!! Encore une fois, personnages très attachants!!




0 commentaires:

Publier un commentaire