19 juillet 2016

La part de l'autre

Titre: La part de l’autre
Auteur: Éric-Emmanuel Schmitt
Éditeur: Le livre de poche
Pages: 503 pages version papier
Parution: Octobre 2003
Genre : Biographie

Résumé
8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...
  
Ce que Sindy en pense 
L’histoire est écrite en parallèle; une part, nous suivons Hitler tel que le monde l’a connu: tyran, barbare, vicieux. L’auteur n’en fait pas un portrait élogieux car de toute façon, nous ne pourrions y croire. Schmitt a toutefois réussi à nous faire comprendre la torture intérieure qu’Hitler vivait. Il a fait une analyse de ce personnage historique qui, sans le rendre sympathique, nous fait réaliser à quel point les expériences de vie font qui on est et ce que l’on devient. L’autre part est la fiction: si Hitler avait pu réaliser son rêve d’entrer à l’école des Beaux-arts et s’accomplir en tant qu’artiste. La valorisation, les événements positifs auraient aidé cet homme tourmenté à trouver sa voie et ainsi, peut-être, sauvé le monde d’un carnage incroyable que fût la 2ième guerre mondiale.
 
Ce que j’ai aimé le plus de cette lecture c’est l’élément de parallèle entre les deux scénarios. La façon de nous faire voir une partie humaine d’Hitler que nous avons connu, ce jeune homme qui avait des rêves et qui les ont vu s’envoler, cette rancœur envers sa famille dysfonctionnelle et cette façon de croire que tout le monde est la cause de ses malheurs. Comme si Schmitt voulait nous faire comprendre qu’au fond, Hitler avait voulu se venger pour sa vie misérable. J’ai trouvé la partie du scénario positif plus léger, peut-être même un peu facile. Mais j’aurais, de loin, préféré un tel scénario pour l’humanité.








0 commentaires:

Publier un commentaire