29 juillet 2016

Le secret de Marie Julia François


Titre: Le secret de Marie Julia François  
Auteur: Lucien Morin  
Éditeur: Fides  
Pages: 376  
Parution: 14 Octobre 2015  
Genre : Roman policier



Résumé
  
Paris, mai 1942. Marie Julia François, vingt-deux ans, s’éprend d’un Allemand, Alexandre Wilhelm Krofft, rusé sauveur de Juifs. Elle commence la rédaction de son passionnant journal… 

Québec, 28 juin 1943. S’adressant à son fils nouveau-né, Marie Julia écrit dans la dernière entrée de son journal: «Je m’adresse à toi, mon petit Philippe. Écoute attentivement. Les deux cahiers, à savoir mon journal et Code Québec, abritent chacun une partie de notre secret. Le premier dit comment les renseignements ont été recueillis. Le deuxième les préserve et les protège. Quand tu auras découvert la manœuvre du premier, la mission du deuxième te deviendra claire. Quærendo invenietis. Ta maman qui t’aime…»

Québec, 28 juin 1943. Marie Julia François est assassinée avec une amie italienne dans la Maison des Augustines…

Québec, mai 2013. Le journal de Marie Julia François et Code Québec sont découverts dans un mur de pierres de la vieille maison. Les deux cahiers détiennent non seulement la clé du secret de Marie Julia, mais celle des deux meurtres… 


Ce que Geneviève en pense


"Saint-Amour, pour qui rien, jamais, ne pouvait aller assez vite, s’était tout de suite attaché à Lyonel pour qui rien, jamais, ne pouvait aller assez lentement. Mais ils ne s’en sont jamais aperçus, ni l’un ni l’autre. En fait, ils n’ont jamais su qu’ils n’avaient ni le même caractère, ni le même âge, ni la même couleur de peau. Ils savent seulement qu’ils sont amis. Le reste importe peu" (p. 193). 

C'est le genre de bijou que nous offre Lucien Morin. Sa narration est douce et réfléchie, nous poussant nous aussi à nous questionner, tout en sachant que la réponse n'est pas importante. Sa recherche est suffisante. De quoi nous faire rêver à nos cours de philosophie du collège. J'aurais adoré suivre ses cours à l'Université Laval, j'en suis certaine.

Le livre nous propose une enquête policière qui puise sa source dans un passé qui semblait enterré. Un épisode noir de la France dont on entend peu parler au Québec. Période que j'ai découverte il y a peu avec Des gens très bien d'Alexandre Jardin : la dénonciation de milliers de juifs aux autorités allemandes. Une époque où la population avaient le pouvoir légal de tuer son voisin sans avoir à se salir les mains.

J'ai aimé le chevauchement du journal de Marie Julia et de la quête de Philippe, ainsi que les personnages attachants, colorés et passionnés et un coupable misogyne - à l'aspect légèrement caricaturé - qu'on se plaît à détester. Une enquête plein de rebondissements dont on ne peut imaginer la fin.  


Le rythme va toutefois un peu lent. Les pages semblent défiler plutôt lentement alors qu'elles ne sont pourtant pas si nombreuses.



0 commentaires:

Publier un commentaire