22 juillet 2016

Sur la ligne de feu



 Titre: Sur la ligne de feu

Auteur: Jean-François Lépine

Éditeur: Libre Expression
Pages: 448

Parution: octobre 2014
Genre : Essai


Résumé

Pendant quarante-deux ans à la télévision et à la radio, j'ai toujours eu à portée de main un de mes carnets de notes. À l'écran, ils faisaient partie de l'image.

Quand Marc Laurendeau m'a invité à participer à sa magnifique série radiophonique Nos témoins sur la ligne de feu, consacrée aux correspondants de Radio-Canada à l'étranger, j'ai eu envie de redécouvrir et de raconter, à travers les anecdotes tirées de ces carnets, les grands moments de mes expéditions sur la planète, quitte à en être bouleversé. 

Durant ma vie de journaliste, j'ai couvert deux référendums qui ont déchiré les Québécois. J'ai vu des foules gagner leur liberté, contre l'apartheid en Afrique du Sud, contre l'empire soviétique en Europe. J'ai vu les enfants palestiniens contre les chars israéliens, les Arabes contre leurs dictateurs. J'ai vu les Chinois rejeter Mao pour partir à la conquête du monde. J'ai vu la guerre, au Liban, en Irak, en Iran, en Afghanistan. J'ai vu le monde changer.

Issu du parcours noté dans mes carnets, Sur la ligne de feu est un portrait personnel de l'état du monde et de son avenir.


Ce que Geneviève en pense...

Commençons par un aveu : je suis une lectrice de romans. Les biographies et documentaires réussissent peu à m’émouvoir quand vient le temps de m’acheter un livre.

Par contre, je suis également impulsive et j’ai tendance à me laisser influencer lorsque je croise un homme de la stature de Jean-François Lépine au Salon du livre de l’Outaouais. Résultat? Je me retrouve dans la file d’attente, son livre près du cœur, en attendant ma dédicace.

Cela étant dit, j’ai été subjuguée par la lecture de Sur la ligne de feu. J’ai acheté mon livre il y a plus d’un an me direz-vous et vous auriez tout à fait raison. Mais je vous rappelle que je suis une lectrice de romans. Donc, malgré mon grand intérêt pour ses récits politiques, la lecture m’a demandé une grande concentration. La politique asiatique du début des années 1980 est complexe et composée de plusieurs artisans aux noms les plus imprononçables les uns que les autres. Pour m’y retrouver, j’ai dû me faire un organigramme. Je me suis donc permis une pause, le temps de bien digérer le tout.

L’avantage de ce livre est que chaque chapitre est plutôt indépendant des autres. Nul besoin donc de le lire tout d’un trait. Par contre, il est difficile d’arrêter en cours de chapitre. Si tel est le cas, je vous suggère fortement de reprendre le chapitre en entier afin de retrouver le fil.

Cette lecture m’a permis de découvrir l’histoire du monde à une époque où j’étais trop jeune pour en prendre conscience. Jean-François Lépine est un excellent vulgarisateur et j’ai pris plaisir à retrouver son vocabulaire riche et recherché.

La fin du livre est consacrée à ce qui n’est pas encore de l’histoire. Ces évènements étant trop récents pour que nous ayons le recul nécessaire à leur analyse. Il prend toutefois le temps de les mettre en perspective et d’en établir les liens avec des éléments du passé, nous permettant, encore une fois, de mieux comprendre la réalité du monde.

Et si un jour vous avez la chance de rencontrer Jean-François Lépine, écoutez-le. Il est fascinant.

0 commentaires:

Publier un commentaire