12 avril 2017

Pivot

Auteur: Marie-Eve Cotton
Éditeur: VLB Éditeur
Pages: 248
Parution: 27 mars 2017
Genre: Roman québécois


Résumé

Dans l'unité psychiatrique de l'hôpital Sainte-Marie, à Montréal, Hadrien Jalbert, alias Pivot, attend la fin d'un énième enfermement injustifié manigancé par l'organisation secrète qui le persécute depuis des années. Ses compagnons d'infortune, eux, sont bel et bien fous. Il y a Jésus, un jeune Haïtien persuadé d'être le Christ, le Chat de ruelle, clochard sans âge qui converse avec des gnomes invisibles, Jonathan Livingston, interné après avoir voulu s'envoler du pont Jacques-Cartier et, surtout, Mary, une Inuite du Nunavik hantée par les mourants qu'elle entend hurler dans les murs. Pivot, qui doit son surnom à son éloquence, ne trouve pas les mots pour la réconforter.

Quand Jésus arriva à sa hauteur, Pivot détourna le regard pour éviter toute interaction. Il n'en était pas à son premier Christ, et il savait d'expérience que les discussions avec n'importe lequel des membres de la Sainte Trinité n'étaient jamais reposantes.


Ce que Brigitte en pense...

Je ne connaissais pas Marie-Eve Cotton jusqu'à ce que l'on m'offre ce livre. Le résumé m'a intrigué (ainsi que la page couverture)  et j'ai donc accepté de le recevoir.

Marie-Eve Cotton (ce livre est son premier roman) est médecin psychiatre. Au travers cette histoire, elle nous ouvre une porte sur un monde méconnu pour la plupart d'entre nous: la folie à différents degrés. Elle nous permet de voir comment se passe la vie de ces gens entre les murs d'un hôpital psychiatrique. Comment ils interagissent entre eux, comment ils vivent cette situation, comment ils se sentent dans cette vie en communauté. Certains sont plus atteints que d'autres.

Honnêtement, je ne serais pas capable d'exercer ce métier. Je ne me vois pas être pris dans ''l'aquarium'' pour y passer mes journées à regarder et écouter ces gens déblatérer sur des sujets qui n'ont parfois ni queue ni tête. Un peu comme le ''chat de ruelle'' qui dit des phrases qui n'ont aucun lien entres elles et qui n'a pas de rapport avec la conversation qui se déroule. Je me trompe peut-être mais l'ambiance ne me semble pas très joyeuse dans ce lieu, elle est plutôt morose.

J'ai su apprécier la façon d'écrire de l'auteure. J'ai eu quelques difficultés à embarquer dans l'histoire. Peut-être est-ce dû au fait que ce livre est profond et que je venais de terminer un roman érotique? Mais dès que j'ai pris le tempo de l'histoire, j'ai vraiment aimé l'intrigue et la façon de raconter de Marie-Eve Cotton. J'ai trouvé que c'est un livre qui porte sur la réflexion, le questionnement. On se rends compte, à la lecture de ce roman, que personne n'est à l'abri de la démence. Un événement malheureux et particulier peut marquer de façon permanente une personne et fera en sorte que cette personne s'isolera par en dedans pour ne vivre que dans son monde afin de ne pas être blessée davantage qu'elle l'est.

J'ai appris à connaître Pivot au travers de ces pages. Au début, je me demandais bien ce qu'il faisait là, parmi les autres, mais vers la fin de l'histoire, nous constatons que son cas s'est aggravé. Il m'arrivait de le prendre en pitié et d'avoir envie de lui parler pour le raisonner.

Je vous conseille de prendre votre temps pour cette lecture pour pouvoir l'apprécier. On ne lit pas ce livre comme on lit une Chick-Lit. On apprend à s'imprégner des personnages tout doucement, pour pouvoir mieux comprendre le contexte dans lequel ils vivent.


Merci à VLB éditeur pour cette lecture









0 commentaires:

Publier un commentaire